Cours (fictions des mondes)

HBMAU01D – MÉTHODOLOGIE. ARGUMENTATION ET NARRATION
Responsable et intervenant : Jean-Christophe Cavallin

Ce cours propose des outils méthodologiques susceptibles de réduire le clivage entre textes littéraires et textes critiques. Un roman, une nouvelle, un poème, mais aussi bien un mémoire de recherche, un essai ou un article de presse ne fonctionnent qu’à la condition de créer une discordance dont la tension engage la participation cognitive et affective de leur lecteur : sans conflit productif, pas de récit ; sans prémisses antithétiques, pas de discours démonstratif. L’antagonisme aux fondements de toute narration et l’antithèse aux fondements de toute argumentation permettent de penser un parallélisme général entre la grammaire disjonctive du récit et la grammaire dialectique des textes argumentatifs. Conçu à la fois comme propédeutique à la recherche et propédeutique à la création, ce cours prépare méthodologiquement aussi bien à la production qu’à l’analyse et à la critique des textes.

=> Lecture narratologique associée : Tension et résolution narrative dans le Cycle des Robots d’Isaac Asimov.

Bibliographie : • Aristote, Poétique (LP, 1990) et Topiques (GF, 2015) • Isaac Asimov, Le Cycle des Robots (J’ai Lu) • Raphaël Baroni, La Tension narrative (Seuil, 2007) • Umberto Eco, Lector in fabula (LP, 1989) • Boris Tomachevski, « Thématique » in Théorie de la littérature (Seuil, 1966).

HBMAU02D – PERSPECTIVES ÉCOCRITIQUES
Responsable et intervenante : Christine Marcandier

Dérèglement climatique, impact planétaire des activités humaines, biodiversité menacée, catastrophes écologiques, apocalypse annoncée : autant de sujets massivement entrés dans le champ littéraire depuis quelques décennies. Ces nouveaux sujets donnent lieu à de nouveaux discours et à de nouvelles topiques qui engagent le rapport entre réel et fiction et questionnent aussi bien nos représentations sociales, économiques et politiques que l’articulation nature/culture et le rapport de l’homme aux autres espèces vivantes.
L’écocritique — « application de l’écologie et de concepts écologiques à l’étude de la littérature » (Rueckert, 1978) — est une discipline apparue aux USA au début des années 1990 qui se propose d’analyser des textes dans lesquels la nature, l’environnement, les animaux, le posthumanisme ou l’apocalypse ne sont pas seulement des décors ou des prétextes mais les fondements mêmes du récit et de ses enjeux.
Que cette étude soit désignée sous le nom d’écocritique, de green studies ou d’écopoétique, elle se donne pour double objet d’interroger un faire littéraire (poiein) ou un discours (logos) sur notre « maison » (oikos) et de sortir l’analyse critique des limites des littératures nationales comme des genres et des disciplines : les textes écopoétiques répondent à des enjeux universels. L’objet de ce cours est de proposer une histoire de ce courant critique et de ses textes fondateurs, afin d’étudier en quelle mesure une telle approche critique, transnationale, transdisciplinaire et transmédiatique, enrichit notre analyse de textes de fiction en tant que producteurs de mondes.

=> lecture associée : Marie Darrieussecq, Notre vie dans les forêts, P.O.L, 2017.

Bibliographie : • C. Chelebourg, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions nouvelles, 2012. • • The Ecocriticism Reader, Landmarks in Literary Ecology, ed. by Cheryll Glotfelty & Harold Fromm, Athens and London, The University of Georgia Press, 1996. • Pierre Schoentjes, Ce qui a eu lieu. Essai d’écopoétique, Wildproject, 2015. • Écopoétiques, Alain Romestaing, Pierre Schoentjes et Anne Simon (dir.), Fixxion, n° 11, 2015 (en ligne) • Stephanie Posthumus, French Ecocritique. Reading Contemporary French Theory and Fiction Ecologically, University of Toronto Press, 2017.

HLTAXO6D – COURS DE LANGUE VIVANTE
LANSAAD

 

Publicités