Fiction

Abbey Edward, Désert solitaire (Desert solitaire. A Season in Wilderness, 1968), trad. de l’anglais (USA) par Jacques Mailhos, Gallmeister.

Abbey Edward, Le Gang de la clé à molette (The Monkey Wrench Gang, 1975), trad de Pierre Guillaumin, Gallmeister poche.Abbey Edward, Le Retour du gang de la clé à molette (Hayduke lives, 1989), trad. Jacques Mailhos, Gallmeister.

Anaya Rudolfo, Sous le soleil de Zia (Zia Summer, 1995), trad. de Simone Pellerin, Albin Michel, « Terres d’Amérique », 1996.

Atwood Margaret, Le dernier Homme (Oryx and Crake, 2003), trad. M.

Alabaret-Maatsch, 10/18.Atwood Margaret, Le Temps du déluge (The Year of the Flood, 2009), trad. J. D. Brèque, 10/18.

Atwood Margaret, MaddAddam (2013), trad. P. Dusoullier, 10/18.

Ballard James G., Le « Cycle des Apocalypses » et une très grande partie de son œuvre. Pour ne citer que deux textes :
La Course au paradis (Rushing to Paradise), trad. B. Sigaud, Denoël 2010 (1994).
La Trilogie de béton (The Urban Disaster Trilogy) : Crash, L’île de béton, I.G.H., trad., Georges Fradier et Robert Louit, Folio.

Banks Iain : Impossible de citer l’ensemble de ses livres qui entrent dans le champ écocritique. On renverra à ceux signés Iain Banks, Un Homme de glace (Complicity, 1993), Le Business (The Business, 1999), Transition (2010), ainsi qu’à ceux de SF (signés Iain M Banks) autour de la grande civilisation pan-galactique « La Culture ».

Bass Rick, Toute la terre qui nous possède (All the Land to Hold Us, 2013), trad. Aurélie Tronchet, Folio (et cf. l’ensemble de ses œuvres).

Baqué Joël, La Fonte des glaces, POL, 2017.

Beck Béatrice, La Décharge (1979), Grasset.

Bessora, Petroleum (2004), Denoël.

Bucciarelli Elisabetta, Corps à l’écart (Corpi di scarto, 2011), trad. de l’italien par Sarah Guilmault, Asphalte, 2014.

Burgess Tony, La Contre-nature des choses (The n-body Problem, 2013), trad. de l’anglais (Canada) par Hélène Frappat, Actes Sud.

Burnside John, Scintillation (Glister, 2008), trad. de l’anglais (Écosse) par Catherine Richard, Points (Métailié, 2011). Entretien pour son roman L’Été des noyés (A Summer of Drowning, 2011), Christine Marcandier, Mediapart). Marianne, 2014, « John Burnside, l’Écossais fou d’écologie« .

Callenbach Ernest, Écotopie (Ecotopia, 1975), trad. française chez Stock (épuisée).

Castaneda Carlos, Histoires de pouvoir (Tales of Power), trad. de C. Bernand, Folio Essais, 1993.

Cendors Pierre, Archives du vent (2015), éd. Le Tripode.

Chamoiseau Patrick, Texaco (1992), Folio.

Chamoiseau Patrick, Les neuf Consciences du Malfini (2009), Folio.

Chamoiseau Patrick, Le Papillon et la lumière (2011), Folio.
Ici un entretien avec Patrick Chamoiseau (Jean-Philippe Cazier, Diacritik)

Chevillard Eric, Oreille rouge (2005), Minuit.Ch

Chevillard Eric, Sans l’orang-outan (2007), Minuit.

Cixin Liu, Le Problème à trois corps (三体, 2008), trad. du chinois par G. Gaffric, Actes Sud.

Coetzee J. M., L’Abattoir de verre, Seuil, 2018.

Darrieussecq Marie, Notre vie dans les forêts (2017), P.O.L.

DeLillo Don, Outremonde (Underworld, 1997), trad. de l’américain par Marianne Véron, Actes Sud, Babel.

DeLillo Don, Zero K (2016), trad. de l’américain par Francis Kerline, Actes Sud.

Del Amo Jean-Baptiste, Règne animal (2016), Folio.

Del Amo Jean-Baptiste, « Une utopie qui approche à grands pas », inédit littéraire, Diacritik, 17 mai 2016.

Del Amo Jean-Baptiste, L214. Une voix pour les animaux (2017), Arthaud.

Demeillers Thimotée, Jusqu’à la bête (2017), Asphalte.

Dongala Emmanuel, Photo de groupe au bord du fleuve (2010), Actes Sud.

Dongala Emmanuel, Les Petits Garçons naissent aussi des étoiles (2005), Motifs poche.

Ducrozet Pierre, L’Invention des corps, Actes Sud, 2017.

Eggers Dave, Zeitoun (2009), trad. de l’anglais (USA) par Clément Baude, Folio.

Fagan Jenni, Les Buveurs de lumière (The Sunlight Pilgrims, 2016), trad. de l’anglais (Écosse) par Céline Schwaller, Métailié.

Feffer John, Zones de divergence (Splinterlands, 2016), traduit de l’anglais (USA) par Maxime Berrée, éd. Inculte.

Ferney Alice, Le Règne du vivant (2014), Actes Sud.

Ford Richard, En toute franchise (Let me be Frank with you, 2015), traduit de l’anglais (USA) par Josée Kamoun, Points.

Frioux Dalibor, Brut (2011), Points.

Gary Romain, Les Racines du ciel (1956), Folio.

Gaudé Laurent, Ouragan (2010) Babel ou J’ai Lu.

Gran Iégor, L’Écologie en bas de chez moi (2011) Folio.

Grann David, La Note américaine (Killers of the Flower Moon, 2017), trad. de Cyril Gay, éd. Globe.

Haider Rahman Zia, A la lumière de ce que nous savons (In the Light of What We Know), traduit de l’anglais par Jacqueline Odin, éditions Christian Bourgois, 2016 (et Livre de Poche).

Handke, Essai sur le fou de champignons. Une histoire en soi (Versuch über den Pilznarren, 2013), trad. de l’allemand (Autriche) par Pierre Deshusses, Gallimard, Arcades.

Heller Peter, La Constellation du chien (The Dog Stars, 2012), trad. de l’anglais (USA) par Céline Leroy, Actes Sud, « Babel ».

Henrot Errol, Les Liens du sang, Le Dilettante, 2017

Hogan Linda, Le Sang noir de la terre (Mean Spirit, 1990), trad. par Danielle Laruelle, Folio.

Hogan Linda, cf. l’ensemble de son oeuvre pour les anglophones puisque non trad. (lire ici) : Solar Storms (1995), Power (1998), People of the whale (2008), etc.

Houellebecq Michel, La Possibilité d’une île (2005), Le Livre de poche ou J’ai Lu.

Hunter Morgan, La fin d’où nous partons (The End We Start From, 2017), trad. de l’anglais par Aurélie Tronchet, Gallimard.

Ken Bugul, La Pièce d’or (2006), Ubu éditions.

Kessel Joseph, Le Lion (1958), Folio.

King Thomas, La Femme tombée du ciel (The Back of the Turtle, 2014), trad. de Caroline Lavoie, éd. Philippe Rey.

Kingsolver Barbara, Dans la lumière (Flight Behavior, 2012), trad. de l’américain par Martine Aubert, Rivages Poche. Deux entretiens vidéo (vostfr) avec l’auteur (Christine Marcandier, Mediapart) : Ecology & Fiction

Konaté Moussa, La Malédiction du lamantin. Enquête sur les rives du fleuve Niger, Points, 2009.

Kracht Christian, Imperium (2012), trad. de l’allemand (Suisse), par Corinna Gepner, Phébus.

Krakauer Jon, Into the Wild (1996), 10/18.

Le Clézio Jean-Marie Gustave, Ourania (2006), Folio.

Lessing Doris, Canopus dans Argo : Archives (Canopus in Argos : Archives-Shikasta, 1979-1983), trad. Paul Guivarch, éd. La Volte.

Ligny Jean Marc, AquaTM (2006), éd. L’Atalante.

Lopes Manuel, Les Victimes du vent d’est (1996) (Os Flagelados do Vento Leste, 1960), Sépia-ICL.

McCarthy Cormack, Méridien de sang (Blood Meridian, or the Evening Redness in the West, 1985), Points.

McCarthy Cormack, De si jolis chevaux (All The Pretty Horses, 1992), La Trilogie des Confins 1, trad. M. Hirsch et P. Schaeffer, Points.

McCarthy Cormack, Le grand passage (The Crossing, 1994). La Trilogie des Confins 2, Points.

McCarthy Cormack, Des villes dans la plaine (Cities of the Plain, 1998). La Trilogie des Confins 3, Points.

McCarthy Cormack, La Route (The Road, 2006), Points.

McEwan Ian, Solaire (Solar, 2010), trad. de l’anglais par France Camus-Pichon, Folio.

Message Vincent, Défaite des maîtres et possesseurs (2016), Points. Entretien avec Vincent Message (Christine Marcandier, Diacritik).

Minard Céline, Le dernier monde (2007), Folio.

Minard Céline, Le grand jeu (2016), Rivages.

Molia Xabi, Avant de disparaître (2011), Seuil.

Montluel Marie de la, Mélusine des détritus (2002), éd. du Rocher.

Noël James, Belle merveille (2017), Zulma.

Owens Louis, Le Chant du loup (Wolfsong, 1991), trad. de Danièle et Pierre Bondil, Albin Michel, « Terre d’Amérique », 1996.

Paasilinna Arto, Prisonniers du paradis (1974), trad. du finnois par Antoine Chalvin, Folio.

Paasilinna Arto, Le Lièvre de Vatanen (1975), trad. du finnois par Anne Colin du Terrail, Folio.

Poix Guillaume, Les Fils conducteurs (2017), Verticales.

Powers Richard, Gains (1998) trad. de l’anglais (États-Unis) par Claude et Jean Demanuelli, 10/18.
L’Arbre Monde (The Overstory, 2018), trad. de l’anglais (États-Unis) par Serge Chauvin, Le Cherche-Midi, 2018.

Rich Nathaniel, Paris sur l’avenir (Odds against tomorrow, 2013), trad. de l’anglais (USA) par Camille de Chevigny, éd. du Sous-Sol.

Rolin Jean, L’Homme qui a vu l’ours (2006), P.O.L

Rolin Jean, Un chien mort après lui (2009), Folio.

Rolin Jean, Le Tarquet kurde (2018), P.O.L

Rosenthal Olivia, Que font les rennes après Noël ? (2010), Folio.

Roumain Jacques, Gouverneurs de la rosée (2013), Zulma.

Rufin Jean-Christophe, Globalia (2004), Folio.

Rufin Jean-Christophe, Le parfum d’Adam (2007), Folio.

Saro-Wiwa Noo, Retour au Nigéria (Looking for Transwonderland : Travels in Nigeria, 2012), trad. Françoise Pertat, Hoëbeke.

Sautière Jane, Mort d’un cheval dans les bras de sa mère, Verticales, 2018.

Schmidt Arno, Miroirs noirs (Schwarze Spiegel, 1951), trad. de l’allemand par Claude Riehl, éd. Christian Bourgois.

Seigne Aude, Une toile large comme le monde (2017), Zoé.

Senges Pierre, Ruines-de-Rome (2002), Points.

Servan Stéphane, Sirius, La Rouergue, 2017.

Silko Leslie Marmon, Cérémonie (Ceremony, 1977), trad. de Michel Valmary, Albin Michel.

Sinclair Upton, La Jungle (The Jungle, 1906), trad. de l’anglais (USA) par Anne Jayez et Gérard Dallez, Le livre de poche.

Sinclair Upton, Pétrole ! (Oil !, 1926-1927, 1954), trad. par Henri Delgove et R.-N. Raimbault (révisée par Marc Spirial), Le Livre de poche.

Sinisalo Johanna, Le Sang des fleurs (Enkelten verta, 2011), trad. du finnois par Anne Colin du Terrail, Actes Sud.

Sony Labou Tansi, La vie et demie (1979), Points.

Sorman Joy, Comme une bête (2011), Folio.

Smith Frank, Katherina (2015), éditions de l’Attente.

Tadjo Véronique, En compagnie des hommes (2017), éd. Don Quichotte.

Tesson Sylvain, Dans les forêts de Sibérie (2011), Folio.

Thoreau Henry David, Walden ou la vie dans les bois (1854), trad. de Louis Fabulet, Gallimard « L’Imaginaire ».

Vasset Philippe, Une vie en l’air, Fayard, 2018.

Vercors, Les Animaux dénaturés (1952), Le Livre de poche.

Volodine Antoine, Dondog (2002), Points.

Volodine Antoine, Nos animaux préférés (2006), Le Seuil.

Volodine Antoine, Terminus radieux (2014), Points.

Publicités