Séminaires (fictions des lieux)

HUMANISATION ET DÉSHUMANISATION DU PAYSAGE
Responsable : Stéphane Lojkine

Intervenants : Stéphane Lojkine, Lise Wajeman

Le paysage, comme espace et objet de représentation, n’a pas toujours existé. Parce qu’il n’a pas d’évidence naturelle, qu’il suppose un lecteur pour le déchiffrer, un spectateur pour le regarder, un promeneur pour le parcourir, un architecte pour l’agencer, le paysage est de main d’homme : fondamentalement lié à la naissance et à la crise de l’anthropocène, il met en jeu les fondements même de la représentation littéraire et artistique moderne et contemporaine. Ce séminaire sera l’occasion d’observer comment il se constitue, se transforme et se défait, comment aussi, de façon plus inattendue, il prend la parole dans le débat sur la place de l’homme dans la nature.
Le séminaire s’appuiera notamment sur le matériau iconographique de la base de données Utpictura18.

Sources textuelles : • Pétrarque, L’Ascension du mont Ventoux [1336], trad. Yann Migoubert, Sillage, 2011 • Diderot, Salon de 1767, « La Promenade Vernet » et l’article « Robert », in Ruines et Paysages, Hermann, 2008 • Georg Büchner, Lenz [1839], trad. J. P. Lefebvre, Seuil, Points, 2007 • Jean Giono, Le Chant du monde [1934], Gallimard, Folio, éd. Laurent Fourcaut, 1996 • Michel Houellebecq, La Carte et le territoire, Flammarion, 2010

Iconographie : • Giorgione, L’Orage, 1515 • J. M. W. Turner, Keelmen Heaving in Coals by Moonlight, 1835 • Base de données Utpictura18.

Bibliographie critique : • Michel Baridon, Naissance et renaissance du paysage, Actes Sud, 2006. • Anne Cauquelin, L’Invention du paysage, PUF, Quadrige, 2013. • Michel Collot, La Pensée-paysage, Actes sud, 2011. • Peter Greenaway, Le Bruit des nuages, RMN, Parti Pris, 1992. • François Jullien, Vivre de paysage ou l’impensé de la Raison, Gallimard, Bibliothèque des idées, 2014. • Édouard Pommier, La Beauté et le paysage dans l’Italie du XVIe siècle, Les Belles Lettres, 2013. • Peter Sloterdijk, Écumes – Sphères III, trad. Olivier Mannoni, Maren Sell Éditeurs, 2005. • C. F. Volney, Les Ruines, ou Méditations sur les révolutions des empires [1791] (sur Gallica).

ÉCOUMÈNES. DIRE LES MILIEUX HUMAINS CONTEMPORAINS
Responsable et intervenant : Stéphane Baquey

La littérature contemporaine, en expérimentant des modes de diction des milieux humains, rejoint les travaux d’anthropologues (Appadurai, Augé, Agier) et de géographes (Harvey, Lévy, Lussault) sur l’habitation des espaces terrestres. La localité n’y est pas dissociable de la constitution d’un monde global. Comme l’avait illustré Braudel pour la Méditerranée du XVIe siècle, l’événement et la conjoncture économique et culturelle ne peuvent être dissociés de la part du milieu naturel. Cependant, on ne peut se fonder sur la stabilité d’une géographie physique : l’habitation humaine est toujours une interprétation du monde ambiant, une écoumène en devenir (Berque). Par ailleurs, la localité est une subjectivation discursive (de Certeau). Et si les espaces institués et les frontières qui les délimitent imposent des modes de subjectivation politique, ces territorialités sont aujourd’hui plus que jamais soumises à de nouvelles mobilités et à de nouveaux zonages. Elles sont bouleversées par de nouvelles subjectivations. Enfin, dans un monde inégalitaire, il n’est pas possible d’étudier la diction littéraire des milieux en se limitant au monde européen. Il faut choisir au moins un contrepoint : ce sera ici le monde arabe.

Lectures 1 • Michel Deguy, Donnant donnant. Poèmes 1960-1980 • Jean-Christophe Bailly, Basse continue • Emmanuel Hocquard, Une Grammaire de Tanger • Jean-Marie Gleize, Le Livre des cabanes. Politiques • Pierre Alferi, Allures naturelles • Philippe Beck, De la Loire  • Jérôme Game, Salle d’embarquement • Anne-James Chaton, Décade.

Lectures 2 • Adonis, Mémoire du vent. Poèmes 1957-1990 • Mahmoud Darwich, La terre nous est étroite et autres poèmes • Abdelwahab Meddeb, Talismano et Phantasia • Nabile Farès, La Découverte du nouveau monde • Tahar Djaout, L’Invention du désert • Abbas Beydoun, Portes de Beyrouth et autres poèmes • Iman Mersal, Des choses m’ont échappé.

Bibliographie • Michel AGIER, La Condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire (La Découverte, 2013) • Arjun APPADURAI, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation ([1996], Payot, 2005) • Marc AUGÉ, Non-lieux. Une anthropologie de la surmodernité (Seuil, 1992) • Augustin BERQUE, Écoumènes. Introduction à l’étude des milieux humains (Belin, 1987) • Fernand BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II ([1949], 1990, Le Livre de poche) • Michel de CERTEAU, L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire (Gallimard, 1990) • David HARVEY, Cosmopolitanism and the Geographies of Freedom (Columbia University Press, 2009) • Jacques LÉVY, Le Tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde (Belin, 1999) • Michel LUSSAULT, Hyper-lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation (Seuil, 2017).

MATIÈRES DE RÉCIT : ÉCOFICTIONS
Responsable : Crystel Pinçonnat

Intervenantes : Christine Marcandier, Catherine Mazauric, Crystel Pinçonnat

Dans un monde d’échanges globalisés, les matières premières sont devenues des enjeux prioritaires. Si elles marquent la place et l’action de l’homme dans et sur les écosystèmes, elles dessinent aussi, du point de vue littéraire, des terrains et territoires d’enquête et de fiction, ainsi que des modes d’écriture et de lecture. Il s’agira dans ce séminaire d’étudier comment ces questions écologiques, politiques et économiques travaillent le rapport réel/fiction et modifient la pratique du récit d’enquête, selon trois approches articulées.
Pour chaque partie du séminaire, un texte de création ou de réception (fiction, enquête ou article critique) devra être rendu durant le semestre (avec travail de réécriture personnalisé sur le forum). Descriptif complet : Enquêtes écopoétiques

Christine Marcandier : Matières du récit
La notion d’enquête à partir de l’étude de deux essais : Le Champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme d’Anna Lowenhaupt Tsing (La Découverte, 2017) et Homo detritus. Critique de la société du déchet de Baptiste Monsaingeon (Seuil, 2017). Fictions des métaux (Fils conducteurs de Guillaume Poix, Verticales, 2017) et du pétrole (Brut de Dalibor Frioux, Points, 2011). Exercice d’écriture à partir de l’essai de Jean-Baptiste Malet, L’Empire de l’or rouge (Fayard, 2017), autour de la tomate d’industrie.

Catherine Mazauric : Matières animées – Le terrain du littéraire
Notion d’enquêtes de terrain, à partir de l’essai de Jean Bazin, Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement (Anacharsis, 2008). Fictions de matières premières, matières animées, génies aquatiques (Petroleum de Bessora, Belfond, 2004 et La Malédiction du lamantin. Enquête sur les rives du fleuve Niger de Moussa Konaté, Points, 2009). Exercice d’écriture à partir de l’essai Explore. Investigations littéraires de Florent Coste (Questions théoriques, « Forbidden Beach », 2017).

Crystel Pinçonnat : Réinvestir (la matière occidentale), la recycler
Récit policier, récit d’enquête : Cours d’introduction théorique sur les caractéristiques et le développement du récit d’enquête à partir du roman policier et des formes populaires.
L’enjeu territorial des littératures chicana et amérindienne. Les territoires concernés connaissent des situations de « colonialisme interne » propices à l’émergence de récits écologiques contestataires. Lecture d’extraits de textes fondateurs qui illustrent ces questions comme Ceremony/Cérémonie (1977) de Leslie Marmon Silko et de certaines œuvres plus récentes comme Le Sang noir de la terre (Mean Spirit, 1990) de Linda Hogan, Sous le Soleil de Zia de Rudolfo Anaya (Zia Summer, 2008). Questions écologiques abordées : essais nucléaires, mainmise sur les minerais, déversement des déchets. En réponse à ces problèmes, les écrivains amérindiens et chicanos réinvestissent la matière occidentale, recyclent ses matériaux, se les approprient (mythes, réalisme magique) pour reconquérir symboliquement la terre des ancêtres.
Dans cette perspective, étude d’un texte de Thomas King, écrivain amérindien canadien : La Femme tombée du ciel (The Back of the Turtle, 2014, prix du Gouverneur Général 2014), à partir duquel sera conçu un atelier d’écriture.

CLASSE DE CRÉATION EN LIGNE ET/OU SUIVI D’ÉCRITURE

Publicités